GIGN : missions et vocation [2015]

0
1559

A son origine, le GIGN a pour vocation la répression anti-terroristes, à une époque où la Brigade anti-gang (BRI), malgré ses compétences, fut considérée comme inapte à cette mission.

La nature des missions de l’unité a donc évolué avec le temps. En 2005 l’unité est désignée officiellement comme « un outil de gestion de crise à la disposition du gouvernement. Le GIGN s’adapte à la nature de la menace, en répondant par un dispositif modulaire.« 

Ainsi les missions du GIGN (1974-2015)  l’amènent principalement à prêter main forte aux autres unités de Gendarmerie dans les cas d’urgence : tueries de masse, terrorisme, prises d’otages, mutineries, maîtrise de forcenés, arrestations d’individus dangereux, transfèrements sensibles, Go-fasts, risques ou menaces sur des intérêts vitaux pour l’État, collecte de renseignements et suivi d’individus particulièrement dangereux (terrorisme, grand banditisme), etc.

Par ailleurs, le GIGN est engagé dans la lutte contre le terrorisme et intervient dans le cadre des plans d’urgence :

  • Piratair (détournements d’avions),
  • Piratmer (détournement ou attaque des bâtiments français, militaires ou civils),
  • Piratome (attaque de centrales nucléaire),
  • Piratext (prises d’otages de ressortissants français à l’étranger),
  • Piratox : attaque chimique ou biologique

Grâce à ses savoir-faire acquis dans le domaine de la protection de personnalités (y compris à la protection du président de la République de 1983 à 2007), le GIGN assure, selon les circonstances, la protection des diplomates français dans les pays en guerre ou en crise grave (Irak, Afghanistan, Haïti, Côte d’Ivoire, etc).

Particulièrement aguerris mais travaillant toujours dans le cadre d’opérations de police, les hommes du GIGN sont capables de déployer des capacités, des moyens et des méthodes particulièrement élaborées, puisées dans les savoir-faire militaires, pour rechercher du renseignement dans tous type de milieu : urbain/rural, bâti/non bâti, etc, capables de se fondre dans la ville comme dans la campagne.