[GIGN] Missions : Djibouti (02-1976)

0
3067

Le 3 février 1976, Djibouti, des activistes du Front de Libération de la Côte des Somalis détournent un car de ramassage scolaire, capturant une trentaine d’enfants de militaires français. Menaçant de tuer leurs otages, les terroristes cherchent ainsi à déstabiliser le Territoire français des Afars et Issas. Le Groupe d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN) n° 1 est alors engagé : le lieutenant Christian Prouteau et huit sous-officiers embarquent secrètement dans un avion ministériel. Il s’agit de leur première mission hors métropole.

Après un transfert mouvementé à Loyoda, les tireurs d’élite sont mis en place à l’aube du 4 février. Les repérages effectués confirment que les terroristes sont appuyés par des éléments de l’armée somalienne, le car stationnant à proximité d’un poste frontière. Le terrain désertique et l’incertitude sur le nombre de preneurs d’otages rendent l’intervention plus délicate.

Une attente éprouvante commence alors pour les gendarmes, dans une chaleur accablante. Une ligne de feu avec liaison radio est constituée afin de neutraliser simultanément tous les terroristes au contact des otages. Des légionnaires et des automitrailleuses blindées légères sont également positionnés pour soutenir l’assaut qui suivra.

À 15h45, toutes les cibles désignées sont enfin dans la ligne de mire des fusils FRF1. Cinq terroristes sont abattus au cours de la première salve. Les soldats somaliens, en dépit des sommations de « cessez-le-feu » qui leur sont adressées, ripostent à la mitrailleuse. L’action du GIGN et des militaires permet de les neutraliser rapidement. Les gendarmes et les légionnaires progressent difficilement jusqu’au car et parviennent à maîtriser les deux derniers terroristes. L’un d’eux a malheureusement le temps de tirer et blesse mortellement deux enfants. Des véhicules de la gendarmerie évacuent les otages libérés et l’armement des terroristes est saisi.

L’opération contribue à faire connaître le jeune GIGN dans le monde entier. Le 4 mai 1976, le directeur de la gendarmerie et de la justice militaire, M. Cochard, décore le lieutenant Christian Prouteau et ses hommes de la médaille de la gendarmerie.

Texte de Garde Sébastien Horner
Service historique de la Défense département gendarmerie