Les confessions d’un ancien du GIGN : « On respecte la vie, même celle des preneurs d’otages »

0
115
Philippe B. a posé pour nous à Saint-Denis en décembre 201, quelques jours avant de quitter le GIGN. Frédéric Stucin

Dans «GIGN : confessions d’un ops», Philippe B. dévoile le quotidien de de ses quinze ans passés dans cette unité d’élite. Nous publions en exclusivité des extraits de son ouvrage. Entretien.

Le terrain, il connaît : Guinée, Libye, Jordanie, Irak, mais aussi la France, où le GIGN (Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale) intervient régulièrement. Philippe B. (par sécurité, il refuse de dévoiler son nom) a le regard vif et la parole sincère. A 40 ans, cet ancien chef de groupe d’une section opérationnelle a décidé de quitter ses fonctions. Comme nombre de ses anciens collègues, il revient de loin et ne dira jamais tout de ses missions que cette unité spécialisée, forte d’environ 400 hommes dont 150 « opérationnels », mène dans le plus grand secret.

Philippe B. dévoile à notre magazine un pan de cette vie pleine de dangers, souvent loin de sa famille. Depuis peu, il renoue avec un rêve de gosse : le cinéma. Celui qui se fait désormais appeler Aton en a franchement l’envergure.

A 16 ans, vous rêvez d’être acteur. Mais, en regardant des images à la télé, vous allez changer d’avis…

PHILIPPE B. Oui, celles de la prise d’otages du vol Air France 8969 à Marignane, en 1994, au lendemain de Noël, lorsque des hommes du GIGN donnent l’assaut. Face aux images, je m’interroge : « Qu’est-ce qui les pousse à rentrer dans l’Airbus rempli d’otages, avec quatre terroristes à l’intérieur ? Sont-ils suicidaires ? Puis j’ai compris : heureusement qu’ils existent. C’est là que la voca­tion est née. J’avais envie de me sentir utile à la société. A Marignane, le GIGN a donné de sa chair, de son sang mais, au retour, quelle satisfaction de se dire qu’ils ont sauvé des vies, qu’ils ont contribué à ce que des familles restent entières et puissent encore fêter Noël.

A l’époque, vous êtes dans une mauvaise passe. Violent au lycée, rétif aux ordres. Vos profs vous traitent même de « psychopathe ». Vous auriez pu passer de l’autre côté du miroir ?

A l’adolescence, j’avais un souci de positionnement dans la société. Je déteste l’injustice, la violence gratuite mais, en effet, à cette époque, je répondais par la violence. C’était un cercle sans fin. Je me sentais incompris par mes parents, mais je voulais leur prouver qu’ils pouvaient être fiers de moi. J’avais le sentiment de faire le bien. En revanche, toujours avec ces principes, oui, j’aurais pu devenir délinquant. Mais de façon « propre » : j’aurais braqué des braqueurs ! C’est dangereux mais, quelque part, c’est loyal. Je ne m’en suis jamais pris à des innocents.

Etre au GIGN, ça signifiait quoi pour vous ?

Me sentir utile, faire le bien, tout simplement. Je suis quelqu’un d’assez réservé, parfois timide. J’ai vite compris qu’on était peu de chose, je n’ai pas la prétention de vouloir changer le monde. Nous ne sommes pas des juges. Il faut être extrêmement solide pour ne pas vaciller et risquer de perdre sa famille en prenant la grosse tête.

Vos anciens collègues partagent ce sentiment ?

On ne fait rien tout seul dans cette unité. Quand j’ai été inté­gré, j’avais l’impression d’entrer dans un moule mais, en fait, il n’y en a pas. Au GIGN, il y a une multitude de personnalités, différents profils physiques, moraux, psychiques, tous tournés vers le même objectif et qui marchent ensemble. Chacun donne de sa personne pour être l’une des composantes de ce rouleau compresseur.

Septembre 2008, vous avez tout juste 30 ans et un détenu retient un psychiatre dans la prison de Fleury-Mérogis. C’est la première fois que vous tuez quelqu’un. Qu’avez-vous éprouvé ?

Tuer quelqu’un, c’est quelque chose d’important. Je ne supporte plus d’entendre dire : « Je vais le tuer ! » La violence verbale sur la mort, j’en ai horreur, car j’ai posé l’acte sur les mots. Et un acte délibéré. Pour moi, dans ma tête, j’étais un bourreau. Au niveau du stress, ça a été intense. Je m’y étais préparé techniquement depuis longtemps. Psychologiquement, aussi, mais en surface. Face à la réalité, c’est autre chose. C’est un acte extrêmement grave, même s’il s’agit d’un cas de force majeure, une fois épuisées toutes les ressources de négociations. On prie jusqu’au dernier instant pour qu’il y ait encore l’espoir de la vie. A un moment, il faut se rendre à l’évidence. Et c’est super dur. Mais j’ai pris conscience que le prix à payer pour épargner la vie de cet otage était d’en ôter une autre. Et que, quand on tue quelqu’un, on anéantit également tout ce que cette personne était, en bien et en mal.

Vous avez tué d’autres gens ?

Je n’ai pas envie d’en parler. Christian Prouteau, le fondateur du GIGN, disait : « Quand on tue, on vit avec ses morts. » Et je ne dirai jamais avec qui je me trimballe… Mais il faut aussi faire exister tous ceux d’entre nous qui sont morts. Trop ne sont pas reconnus.

Vous avez parfois pris vos propres décisions, notamment lors de l’affaire du Ponant, en 2008, au large de la Somalie…

Le chef d’État somalien a demandé au président Sarkozy que l’on donne « une leçon » aux preneurs d’otages. C’est-à-dire les exécuter. Le général Denis Favier nous demande notre avis quant à la requête du président somalien. Nous avons tous refusé, avec l’accord du géné­ral, qui supervisait l’opération. Le GIGN est là pour respecter la vie, même celles des preneurs d’otages. Nous devons les interpeller, pas les tuer. Si la neutralisation passe par la mort, on l’accepte. Et celui qui a tiré l’accepte, soutenu par ses pairs.

Le GIGN n’a pas eu l’autorisation d’intervenir lors de la tuerie du Bataclan, le 13 novembre 2015. Comment l’avez-vous vécu ?

Comme une immense frustration, car nous sommes GIGN et nous sommes Charlie. Quand on connaît nos actions à l’étranger, que, là, ça se passe chez nous, en France, et qu’aucun ordre d’y aller n’est donné, cela nous paraît inconcevable. Je me souviens que, assez rapidement après les attentats à Charlie Hebdo et à l’Hyper Cacher, en janvier 2015, j’ai eu l’occasion de rencontrer des directeurs de théâtre pour leur parler sécurité et terrorisme. Je leur ai rappelé qu’ils étaient des cibles comme le sont les médias, les forces de l’ordre, certains magasins, qu’il fallait étudier les voies d’évacuation du public en cas d’attaque. Ça me fait mal que ça n’ait pas servi le 13 novembre 2015.

La mise à l’écart du GIGN résultait-elle d’une « guerre des polices » ?

Le GIGN était sur une « zone police » et, en haut lieu, c’est compliqué. Je ne suis que sous-officier, mais je suis aussi un homme de terrain et, pour moi, sur le terrain, la logique de zones n’a pas lieu d’être. Je suis satisfait quand même que, ensuite, il y ait eu des réformes. Je regrette juste qu’elles n’aient pas été faites bien avant parce que, nous, opérationnels, on l’avait déjà demandé depuis le début de l’année 2015. Pour moi, il y a la police, la gendarmerie, le Raid, la BRI, mais on marche tous dans le même sens. Ensuite, par respect pour les victimes et les collègues, on ne peut pas affirmer que les choses se seraient passées autre­ment avec l’intervention du GIGN.

A 40 ans, vous quittez le GIGN pour devenir acteur. Une sorte de retour aux sources de l’adolescence ?

J’avais décidé d’arrêter à 40 ans. C’est aussi un pacte avec mon épouse. Cette reconversion n’est pas évidente, mais c’est la mienne. J’assume d’être atypique.

EXTRAITS DE « GIGN : CONFESSIONS D’UN OPS»

AU SECOURS DU « PONANT »

Les confessions d'un ancien du GIGN : «On respecte la vie, même celle des preneurs d’otages»

Reconstitution de la prise d’otages de l’équipage du « Ponant », en 2008. (Valéry Hache/AFP)

Trois-mâts de 88 mètres battant pavillon français, Le Ponant navigue le 4 avril 2008 dans le golfe d’Aden. Une zone convoitée par les pirates somaliens. A bord du voilier de croisière, 30 membres d’équipage. Vers 11 heures, le capitaine Patrick Marchesseau aperçoit des embarcations qui filent à grande vitesse vers son navire. Il lance un appel de détresse mais ne peut empêcher l’assaut du bâtiment par des corsaires armés de kalachnikov et d’un lance-roquettes. Aussitôt, à Paris, le GIGN, dont Philippe B., est mobilisé pour venir au secours du Ponant.

« Le lundi 7 avril, à peine arrivés à Djibouti et alors que nous préparons les caisses destinées à être tarponnées (parachutées en mer, NDLR) avec certains d’entre nous, Denis Favier, chef du GIGN à l’époque, nous réunit quelques instants autour de lui. « Voilà, nous avons fait passer à Sarkozy une évaluation des pertes en cas d’intervention sur le navire : elle indique que 50 % des gendarmes qui vont donner l’assaut vont périr et que tous les pirates seront abattus. Je voulais que vous le sachiez. » Nous connaissons bien la complexité de l’assaut en mer et les dangers que cela représente, d’autant plus que nous apprenons à cette occasion que les Somaliens sont désormais dix-huit à bord ! Inutile de se faire des illusions. Si une intervention est décidée, nous compterons sans doute des pertes dans nos rangs. (…)

Nous allons libérer les otages, mais il y aura un prix à payer. Notre assaut va être basé sur la fulgurance et il nous faut donc nous alléger au maximum. Le poids est notre ennemi ! Gilet pare-balles léger et gilet tactique, c’est tout ! (…)

Un rapide topo nous apprend que si l’intervention est décidée, nous partirons à l’assaut du Ponant en Zodiac, appuyés par des tireurs embarqués dans les hélicoptères. Nous travaillons pendant deux jours sur trois hypothèses d’intervention que nous répétons sans cesse alors que notre navire suit maintenant lui aussi le Ponant à distance. Au cours d’un échange radio, le capitaine du Ponant a le temps de nous préciser en français, langue que les pirates ne maîtrisent pas, que deux membres de l’équipage sont noirs, ce qui pourrait entraîner une méprise en cas d’assaut.

Le vendredi 11 avril, à 7 heures du matin, nous apprenons à la radio que la négociation qui portait sur onze points est sur le point de se conclure et qu’un échange va pouvoir avoir lieu. (…)

La remise de la rançon est prévue (…) en matinée. Cette décision sonne dès lors le déclenchement de l’opération Thalathine – « trente » en somali, comme le nombre d’otages. Une fois les otages libérés et dès que les pirates auront regagné la terre ferme, une tentative d’interpellation sera menée par le commando Hubert. A l’heure prévue, deux opérationnels du GIGN, accompagnés de trois marins du commando Hubert, partent vers le Ponant avec à bord de leur Zodiac les mallettes contenant une rançon de 2 millions de dollars afin de pouvoir procéder à sa remise et ramener ensuite les otages sur le Jean-Bart. Il n’est que 8 heures quand tous les otages sont libérés et les pirates en route pour rejoindre la côte à bord de leurs Zodiac. Une fois à terre, certains d’entre eux continuent à être surveillés par un avion d’observation Atlantique 2 qui filme la scène tout en volant à plus de 10 kilomètres de distance.

Quand un véhicule 4×4 ayant servi un peu plus tôt à récupérer la rançon est repéré sortant d’un village à vive allure, un raid héliporté est lancé. Quatre hélicoptères décollent du Var, transportant des commandos marine qui parviennent à stopper le véhicule en fuite par un tir de précision, puis à faire prisonniers les six passagers et à récupérer une partie de la rançon. Rapatriés sur le Jean-Bart, les prisonniers sont ensuite acheminés sur l’île de La Réunion. »

LA TRAQUE MORTELLE DES FRÈRES KOUACHI

Les confessions d'un ancien du GIGN : «On respecte la vie, même celle des preneurs d’otages»

Philippe B. devant l’imprimerie de Dammartin-en-Goële, le 9 janvier 2015, avant l’assaut final. (DR)

Ce 7 janvier 2015, Philippe B. est de repos quand Saïd Kouachi et son frère Chérif exécutent douze personnes dont huit journalistes de la rédaction du journal satirique Charlie Hebdo et un policier. La tuerie se déroule à Paris, zone de police et non de gendarmerie. Lorsque les terroristes sont enfin localisés dans une imprimerie de Seine-et-Marne, le GIGN est appelé en renfort. Grâce à un employé caché dans le bâtiment, les négociateurs sont tenus informés par SMS. Le 9 janvier, au moment même où une prise d’otages a lieu dans un magasin Hyper Cacher de la porte de Vincennes, l’assaut est devenu inéluctable. Philippe B. est en tête de la première colonne.

« Il est 16 heures, et cela fait maintenant près de huit heures que les Kouachi sont retranchés dans cette imprimerie sans avoir prononcé la moindre parole, à l’exception du « Allahu Akbar ! » hurlé par Saïd lors de l’échange de coups de feu avec le gendarme départemental le matin même.

Les négociateurs ont en vain essayé d’entrer en contact avec eux, mais les seules sources d’information dont nous disposons proviennent de Lilian, toujours planqué sous son évier, ainsi que de nos tireurs, qui rendent inlassablement compte de leurs observations et des quelques moyens techniques mis en place par nos spécialistes.

Le commandement nous informe alors qu’un top action pour un assaut synchronisé entre Vincennes et Dammartin a été décidé. Tant mieux, car nous sommes prêts à intervenir. Deux tireurs d’élite sont postés sur la terrasse d’un entrepôt, à une centaine de mètres de l’entrée principale de l’imprimerie. Une équipe « Effrac », protégée par un Swatec blindé, le véhicule d’assaut destiné à être bientôt remplacé par le Sherpa, se trouve devant nous, à une vingtaine de mètres de distance. La mission de cette équipe consistera à pratiquer des ouvertures sur la façade, baptisée Alpha, à l’aide de grenades à fusil spéciales de fabrication israélienne.

Briefing devant le Sherpa d’assaut du GIGN

Nous, l’équipe d’assaut, sommes en attente sur le toit du Sherpa, derrière une haute haie perpendiculaire à l’imprimerie, à 50 mètres de celle-ci. Au top action, notre véhicule de 10 tonnes s’ébranlera à pleine vitesse pour prendre sur sa gauche et venir plaquer son échelle d’assaut à la hauteur d’une fenêtre latérale du bâtiment. C’est par là que nous pénétrerons dans les lieux.
Oreillettes en place, casque balistique sur la tête, cartouche engagée dans la chambre du 416 (le HK416 est un fusil d’assaut, NDLR), les équipes d’assaut sont prêtes !

Mais, soudain, à 16 h 56, nos tireurs d’élite annoncent sur leurs radios : « Ça bouge en Alpha ! Ils viennent d’entrouvrir la porte ! »
Aussitôt, la mécanique de l’assaut se met en branle. Le Swatec avance parallèlement à l’imprimerie avec l’équipe Effrac, laquelle débarque bientôt à l’abri du véhicule, côté opposé à la façade de l’imprimerie, pour lancer ses grenades par les ouvertures. Notre Sherpa enquille à pleine puissance à une trentaine de mètres derrière le Swatec.

« Ils sortent ! »

Les confessions d'un ancien du GIGN : «On respecte la vie, même celle des preneurs d’otages»

Un véhicule blindé Sherpa lors de l’intervention finale contre les frères Kouachi à Dammartin-en-Goële, le 9 janvier 2015. (DR)

Depuis le toit du Sherpa où je me trouve avec l’équipe d’assaut, je vois alors les feux stop du Swatec s’allumer et j’entends en même temps le mot « Grenade ! » être hurlé dans mon oreillette, alors même que notre véhicule tournait à gauche pour faire face à l’imprimerie.

Ce sont les deux Effrac qui viennent de tirer leurs grenades à fusil israéliennes sur les portes et les fenêtres. Pour deux raisons.
En cas de repli des frères Kouachi, nous pourrons pénétrer par ces ouvertures puisque ces grenades auront fait sauter les pièges éventuels. Les tireurs savent aussi que l’effet de souffle qu’elles produisent pourrait coucher les deux hommes qui sortent et permettre ainsi leur arrestation.

Les grenades explosent en effet dans le dos des frères Kouachi, mais les déflagrations ne font guère plus que les secouer et ne les font hésiter qu’un très court moment. Ils reprennent aussitôt leur course folle et sortent de l’imprimerie en ouvrant le feu avec leurs kalachnikov tout en hurlant « Allahu Akbar ! » Les deux frères ont décidé d’engager le combat.

Ils avancent en tirant de brèves rafales, ce qui ne nous laisse guère la possibilité de les capturer vivants. Nous devons ouvrir le feu. Nos tireurs d’élite sont postés à 100 mètres de distance, mais les Effrac ainsi que nous autres du groupe d’assaut faisons feu l’espace de quelques secondes. Une première balle de calibre 338 traverse le gilet pare-balles de Chérif, qui s’immobilise un court instant avant de faire encore deux ou trois pas et de s’écrouler. Son frère Saïd, qui avait encore son arme à la hanche, la relève pour épauler, mais il tombe lui aussi foudroyé par nos balles. C’est fini. »

* « GIGN : confessions d’un ops », de Philippe B., Nimrod, 384 p., 21 €. En librairie le 26 janvier.